Le goût du corps

Textes choisis et présentés par Christophe Apprill, Mercure de France, 2017.
Parmi nos goûts ordinaires, celui du corps de l’Autre, indissociable du mien, occupe une place majeure. Il nous conduit dans des interactions obligées avec une surface vivante, décrite par un éventail de disciplines scientifiques. Le corps est partout (où n’est-il pas ?). Il parle et la sémiotique s’en empare ; il constitue une surface où s’imprime le social et les sociologues lui tombent dessus. Il devient malade et le corps médical s’en préoccupe ; mélancolique et les apôtres du développement personnel préconisent séminaires, massages et techniques respiratoires. Au quotidien, quand bien même nous ferions tout pour en gommer la présence, notre corps nous accompagne partout. A chaque période de notre existence, il se rappelle à nous de manière plus ou moins insistante. Louvoyant, la littérature se saisit rarement frontalement de cette évidence. Le corps apparaît par la bande, relevant plutôt d’un surgissement, tantôt doux, jouissif, amer ou douloureux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sara Le Menestrel (6 octobre 2017). Le goût du corps. Musmond. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpnl