Du milonguero au « professeur » : l’invention d’un métier par Christophe Apprill

Né à Buenos Aires, Federico n’a pas appris à danser le tango. S’initiant par hasard alors qu’il étudie pour devenir professeur de sport, il danse par plaisir et enseigne parfois dans sa ville natale, lorsque s’offre une opportunité de visiter l’Europe. Ne pouvant exercer en France comme professeur de sport, il développe l’activité d’enseignement pour répondre à une forte demande locale et invente progressivement le métier de professeur de tango. Sa rencontre avec la chorégraphe Catherine Berbessou le propulse sur scène. Devient-il danseur pour autant ? Des bals tango aux scènes du Théâtre de la Ville et du Festival d’Avignon, son expérience, qui accorde du prix aux jouissances de l’improvisation, conduit à relativiser les critères habituellement retenus pour décrire le métier de danseur.

Christophe Apprill


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
christophe apprill (27 avril 2012). Du milonguero au « professeur » : l’invention d’un métier par Christophe Apprill. Musmond. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpm9


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.