Liens

Liens vers des sites web en rapport avec l’article de  Kali Argyriadis Vivre et se penser (ou non) en réseau transnational. Les interprètes et promoteurs du répertoire «afro-cubain» dans le Veracruz

À Cuba, avec l’avènement de la révolution en 1959, ont été créées plusieurs institutions de préservation et de diffusion de « folklore cubain ». D’abord, la compagnie de Danse contemporaine de Cuba, dont un pan du répertoire s’inspire du répertoire afro-cubain http://www.dccuba.com/), et dont a fait partie Cristóbal Guerra. Puis en 1960 le Centre d’études du folklore du théâtre national de Cuba, divisé ensuite, en 1961, entre l’Institut d’ethnologie et de folklore et l’Ensemble folklorique national de Cuba (voir les extraits du documentaire Historia de un ballet, 1962 : https://www.youtube.com/watch?v=_Qe4Ly3gV9k  et https://www.youtube.com/watch?v=ZG92_UxYEbI&feature=relmfu ).

Ces compagnies ont réalisé des tournées dans plus de 60 pays. Le répertoire « cubain de racines africaines », soigneusement codifié les ethnologues et ethnomusicologues cubains (voir pour le style « congo » http://www.francetudiant.com/videos/?v=Zjk152pvPJ8 et pour les danses d’orichas https://www.youtube.com/watch?v=m8LwkOfjIAE insérer aussi photos 1 et 2) est peu à peu entré dans la liste des matières enseignées à l’Institut supérieur d’art et dans les Écoles d’art du pays. Ces institutions proposent de nos jours des spectacles, mais aussi des cours et des ateliers pour les étrangers. Elles ont inspiré à leur tour la plupart des compagnies afro-cubaines de l’île, comme par exemple le groupe Raíces profundas dont plusieurs anciens membres donnent ou ont donné des cours au Mexiqueet dans le reste du monde

https://www.youtube.com/watch?v=CBEsg2mK3ko

https://www.youtube.com/watch?v=Ox0GbZU46ZM

Les artistes qui ont contribué à leurs créations sont aussi des pratiquants des religions « afro-cubaines ». En effet, l’interprétation des danses d’orichas et des rythmes joués sur les tambours batá requiert une initiation pour pouvoir être réalisée dans un contexte rituel (insérer photos 3 et 4). Ils considèrent leur implication esthétique exigeante comme un engagement, une manière de démontrer à la fois la valeur de leur croyance et celle de leur cubanité. Leur façon d’enseigner le répertoire « afro-cubain » est profondément marquée par cette relation étroite entre pratique artistique, pratique religieuse, pratique culturelle et pratique identitaire. C’est le cas de Tino Galán, instructeur d’art du Ministère de la culture cubain, invité à Xalapa au Mexique en 2002, et qui s’y est installé depuis, alternant cours, participation à divers orchestres, rituels de santería et de palo-monte au Mexique et retours à Cuba pour initier certains de ses élèves de México ou originaires d’autres pays du continent américain (https://www.youtube.com/watch?v=WYLnQwPy6ME, tambor en l’honneur de l’oricha Changó, México D.F., 2010 ;  https://www.youtube.com/watch?v=5gB2Hglr8Ss, concert avec un groupe de Latin Jazz de Xalapa, 2011). C’est aussi le cas de Cristóbal Guerra, qui a des parents rituels dans toute l’Amérique ainsi qu’en Europe (https://www.youtube.com/watch?v=31joNTDOORI, rumba pour la « présentation à Añá » d’un filleul de son parrain).

Sur la polémique autour du « tourisme religieux » à Cuba, on peut aussi consulter http://ateliers.revues.org/672

Dans le milieu des années 80 au Mexique, et en particulier à Xalapa, la capitale de l’Etat de Veracruz, quelques étudiants en musique et sciences humaines, intéressés par les tambours batá et se sentant des affinités politiques avec le gouvernement révolutionnaire, ont fait venir dans ce cadre d’échanges officiels des professeurs américains, puis cubains de renom par l’intermédiaire de la Faculté d’Art de la Universidad Veracruzana, formant ainsi, selon leurs propres dires, « comme un réseau de promotion culturelle de Cuba au Mexique ». Parmi eux Javier Cabrera, qui retrace son parcours et expose ses activités et ses engagements passés et contemporains sur les sites suivants : http://javier-cabrera.blogspot.fr/

https://www.facebook.com/javier.cabrerajasso ; ou encore sa collaboratrice Estela Lucio, directrice de la troupe Veracruz Afromestizo, de forte inspiration cubaine (voir les extraits du spectacle de 2006 à Coatepec, Veracruz, https://www.youtube.com/watch?v=dZsmhC0du70 et https://www.youtube.com/watch?v=irqjDuv6M9k&feature=relmfu). Les élèves de ces derniers ont créé également plusieurs compagnies, s’orientant peu à peu vers une inspiration moins cubaine et plus africaine, comme ici à Xalapa le groupe Bakán, dans une création récente d’inspiration guinéenne : http://video.google.com/videoplay?docid=-273530550480108555

Aujourd’hui l’offre de cours est très abondante à Xalapa, aussi bien en danse africaine :

https://www.youtube.com/watch?v=NcKHxGPKyFs

https://www.youtube.com/watch?v=1VXTsvyclto

qu’en danse afro-cubaine :

https://www.youtube.com/watch?v=F5JbgOvGvEY

Contrairement à bon nombre d’élèves étrangers de professeurs cubains, les percussionnistes et les danseurs de Xalapa ont une implication exclusivement esthétique, culturelle ou philosophico-spirituelle. Ils ne sont pas passés par les cérémonies d’initiation requises pour jouer des batá dans un contexte rituel. Ils développent aussi des activités et des événements liés à la musique indigène ou « pré-hispanique » et au son jarocho. Engagés dans la lutte pour la reconnaissance des apports culturels africains au Mexique, ils cherchent, à travers leurs œuvres, à créer un répertoire « afro-mexicain » propre, en partant de l’idée que ce répertoire a été perdu ou/et qu’il faut le recréer afin de prouver magistralement qu’il a bel et bien existé, quitte à utiliser pour cela des éléments du répertoire « afro-cubain ». Insérer photos 5 et 6. Javier Cabrera a ainsi participé à un spectacle de renommée internationale, Jarocho, (http://espectaculojarocho.com/) dont la partie qui évoque les racines africaines de l’Etat de Veracruz, « Raíces », reprend une chorégraphie classique du répertoire afro-cubain :

https://www.youtube.com/watch?v=a9GSPmIZpco

En « fin de ligne de ce « réseau de promoteurs du répertoire afro au Mexique », on trouve un petit cercle de percussionnistes du Port de Veracruz. Anciennement « porte d’entrée du monde au Mexique », et notamment de la musique et des danses cubaines, à cause des liens étroits qui unissaient les deux villes jusque dans les années 40, Veracruz est aujourd’hui un port commercial de transit et un lieu de villégiature pour touristes nationaux, où la principale attraction est l’offre extrêmement abondante de bars et discothèques bon marchés, assortie d’une mise en scène de la cubanité de la ville dans le centre historique où se produisent des groupes de son montuno, comme Juventud Sonera (https://www.youtube.com/watch?v=oqjQyJmbXIE&feature=related) et des amateurs de danzón (https://www.youtube.com/watch?v=OVFL18YLyI0&feature=related).

Issus de milieux très humbles, cumulant les emplois pour survivre, les musiciens qui s’y produisent sont payés chichement, à la pièce, et n’ont reçus pour la plupart qu’une formation sur le tas. On peut affirmer que paradoxalement, et alors que Veracruz vit d’une réputation de ville constamment en fête, les musiciens et surtout les danseurs sont au bas de l’échelle sociale, juste au-dessus des prostitué(e)s et des marginaux de toutes sortes. Insérer photos 7 et 8.

Malgré ce contexte peu engageant, quelques musiciens et danseurs, comme les frères Norberto Méndez  (ici à Cuba en 2007, aux congas avec son groupe Efelesón https://www.youtube.com/watch?v=XoCdwKgS7R0 ) et Manuel Méndez (ici à Veracruz en 2010, aux congas avec le groupe « afro-pop » Kábulas

https://www.youtube.com/watch?v=proHEkPs26k&feature=related ; https://www.youtube.com/watch?v=vxNpnGFrF9Y&feature=related), se sont pris de passion pour le répertoire « afro-cubain », ont cherché par différents moyens à le faire leur. Sporadiquement, à l’occasion de stages ou de festivals, ils ont été en contact avec les professeurs cubains venus au Mexique. Ils connaissent par ailleurs le réseau de Xalapa, mais sont liés à ce dernier essentiellement à travers des relations conflictuelles, où les rapports de pouvoir sont totalement à leur désavantage. D’autres initiatives commencent à voir le jour autour des tambours et danses de Guinée, portées par la danseuse Luz del Carmen Zepeda (https://www.youtube.com/watch?v=9Y0rFdldAB4

https://www.facebook.com/LujdeVeracruj


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Kali Argyriadis (2 mai 2012). Liens. Musmond. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpmr