Vivre et se penser (ou non) en réseau transnational. Les interprètes et promoteurs du répertoire «afro-cubain» dans le Veracruz par Kali Argyriadis

À travers l’analyse croisée des parcours de plusieurs percussionnistes et danseurs résidant à Cuba ou dans l’état du Veracruz (Mexique), ce chapitre interroge la nature du sentiment d’appartenance au réseau transnational d’interprètes du répertoire « afro-cubain ». Existe-t-il un « sentiment de transnationalité » chez ces artistes, qui se présentent selon les cas comme des « ambassadeurs » ou des promoteurs culturels, des pratiquants de la santería ou des autodidactes créateurs d’un répertoire propre ? Comment se combine-t-il alors avec les constructions identitaires locales et nationales ? Comment comprendre l’existence de modes d’insertions différents dans ce réseau, sans remettre en question son existence ?
De ces parcours, ici, sont retenus avant tout les mises en récit ainsi que les termes et formules employés. Au-delà de la « véracité » des événements contés, ce sont donc les mots eux-mêmes qui en disent long sur la manière dont chacun des acteurs de ce réseau se pensent ou vivent leur pratique artistique en relation avec tous les autres (l’ethnologue y compris), dans un espace de relations qui traverse non seulement les frontières géographiques, mais aussi parfois les frontières des « communautés imaginées », sans pour autant les faire disparaître.

Kali Argyriadis