Vidéos

Vidéos en rapport avec l’article de Julien Mallet : De Tuléar à la France : Damily musicien de tsapiky

Extrait vidéo du concert au vip (captation J. Mallet)

Damily Tsapiky from Tulear Madagascar
Video live au VIP de Saint Nazaire monté avec des images de Madagascar (DR).

Damily Tsapiky from Tulear Madagascar par Helicomusic

DAMILY « tsy misy nitoly »
Damily en concert au festival convivencia. 29 Juillet 2008, Marseillan

DAMILY « tsy misy nitoly » par Helicomusic

Damily au Festival Tipiment 2008

Damily au Festival Tipiment 2008 par Helicomusic

De Tuléar à la France : Damily musicien de tsapiky par Julien Mallet

Figure emblématique du tsapiky de Tuléar (Madagascar), le guitariste Damily est l’un des principaux acteurs d’une musique fortement ancrée dans les pratiques locales mais qui a depuis peu étendu son cercle régional, à l’échelle nationale et internationale.  En traversant les frontières; de Madagascar à la France, d’un univers tuléarois liant cérémonies villageoises, cassettes et bals-poussières aux scènes occidentales et au monde des « musiques du monde », Damily est au cœur des reconfigurations d’un genre musical qu’il a contribué à forger, dont il est porteur et dont il devient, en quelque sorte, « ambassadeur ». Son parcours permet de saisir des problématiques et enjeux clés de la mondialisation, de la migration, des  relations inter-culturelles et des processus identitaires.

Olivier Araste : ancêtres, mémoire et carrière dans le maloya réunionnais par Guillaume Samson

Olivier Araste est un musicien réputé de maloya réunionnais. Animateur central d’un des courants du genre qui se veut proche du culte des ancêtres et qui participe activement à une forme de « renouveau malgache » à La Réunion, il a construit sa réputation et une partie de la légitimité de son groupe en faisant valoir, à travers sa musique, ses textes et sa présence scénique, la relation rituelle qu’il entretient avec ses ancêtres malgaches. L’analyse de l’itinéraire culturel et musical d’Olivier permet tout d’abord de situer ses créations dans le cadre d’une gestion familiale de la cohabitation des ascendances culturelles et religieuses « malgache » et « hindoue ». Succès artistique, réussite professionnelle, reconnaissance institutionnelle, prestige culturel et destinée familiale sont ainsi appréhendées dans leur interdépendance et à la lumière d’un ensemble de valeurs où l’ancestralité tient une place essentielle. Des sèrvis kabaré (cultes aux ancêtres) aux scènes internationales de la World Music, le parcours d’Olivier témoigne au final d’enjeux contemporains du maloya réunionnais où se négocient aspirations culturelles, enjeux patrimoniaux et politiques, et inscription dans les industries culturelles.

Guillaume Samson