Séminaire 2017-2018: « Méthodologies d’enquête en musique et en danse : mobilisation sensorielle et engagement corporel »

Les terrains de la musique et de la danse sont riches d’engagements corporels et de mobilisations sensorielles. L’objet de ce séminaire consiste à les interroger, en associant des séances théoriques, où seront définis des cadres de référence méthodologiques, avec des séances pratiques, où nous mobiliserons un éventail d’outils et de techniques permettant de décrire finement des types de corporéité dans une situation donnée. En instaurant un va et vient entre la théorie et l’expérience, l’objectif est de construire collectivement des pistes interprétatives. Il s’agira de développer une réflexion critique sur les représentations essentialistes des pratiques musicales et chorégraphiques à partir de nos propres sensations dans les ateliers pratiques. Cette démarche entend enfin affiner les degrés de perceptions, de description et d’analyse des chercheurs en anthropologie de la musique et de la danse.

Mardi de 10 h à 13 h, EHESS, 105 bd Raspail, 75006, Attention, salles variées

Programme :

  • Mardi 21 novembre 2017 : Introduction (salle 11)
  • Mardi 19 décembre 2017 : Christophe Apprill, « Expérience de la danse et engagement corporel », (salle 11)
  • Mardi 16 janvier 2018 : Julien Mallet : « Compréhension et incorporations culturelles différenciées et universelles de la musique » (amphithéatre François Furet)
  • Mardi 13 février 2018 : Matthieu Gaudeau (comédien, danseur praticien de la technique Alexander et enseignant de contact improvisation) « Le geste ému » (salle 4)
  • Mardi 20 mars 2018 : Nicolas Puig, « Paysages sonores » (salle 1)
  • Mardi 10 avril 2018 : Kali Argyriadis, Nicolas Puig : «  Au croisement de la recherche et de la création artistique. Figures de collecteurs : Halim Al-Dabh (Egypte) et Rogelio Martinez Furé (Cuba) » (salle 1)
  • Mardi 15 mai 2018 : Caterina Pasqualino (CNRS, LAIOS) « La contagion émotionnelle, entre performance et film » (salle 9)
  • Mardi 5 juin 2018 : Séance conclusive (salle 8)

 

Le goût du corps

Textes choisis et présentés par Christophe Apprill, Mercure de France, 2017.
Parmi nos goûts ordinaires, celui du corps de l’Autre, indissociable du mien, occupe une place majeure. Il nous conduit dans des interactions obligées avec une surface vivante, décrite par un éventail de disciplines scientifiques. Le corps est partout (où n’est-il pas ?). Il parle et la sémiotique s’en empare ; il constitue une surface où s’imprime le social et les sociologues lui tombent dessus. Il devient malade et le corps médical s’en préoccupe ; mélancolique et les apôtres du développement personnel préconisent séminaires, massages et techniques respiratoires. Au quotidien, quand bien même nous ferions tout pour en gommer la présence, notre corps nous accompagne partout. A chaque période de notre existence, il se rappelle à nous de manière plus ou moins insistante. Louvoyant, la littérature se saisit rarement frontalement de cette évidence. Le corps apparaît par la bande, relevant plutôt d’un surgissement, tantôt doux, jouissif, amer ou douloureux.