Séminaire « De la création à la réception musicale : production de sens et recompositions », 2013-2014

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/245/

Ce séminaire propose d’explorer la notion de créativité musicale et chorégraphique en tenant compte de toutes les étapes inhérentes au processus créatif, depuis la composition jusqu’à la réception et à la diffusion d’une œuvre ou d’un événement, dans un contexte mondialisé de circulations des pièces et des répertoires.

Au sens propre et de façon évidente, la composition renvoie à la création culturelle. Mais elle peut aussi, dans un sens métaphorique, être appréhendée sous l’angle des agencements ou des « façons d’assembler » : des sons, des gestes, des matériaux qui peuvent, le cas échéant, rendre visible les indexations à des univers culturels disjoints et hétérogènes. On pourra également envisager la « composition » (et le fait de « composer avec ») comme une transaction complexe, qui se jouerait entre un ou plusieurs « créateurs » et leur public, partie prenante de la performance et donc de la création. On se demandera si l’appropriation des moyens technologiques actuels permet le passage d’une réception active (structure pyramidale ?) à une réception générant des formes inédites de composition et de diffusion (configuration horizontale ?), au travers de la production de sens, de produits, d’œuvres et de pratiques.

Il s’agira ainsi d’analyser le processus créatif en tenant compte à la fois des dynamiques d’innovation et de créativité individuelles, des contraintes liées aux objets eux-mêmes et aux contextes, et des dynamiques de réception. Cette démarche s’inscrira dans une volonté de dépassement des paradigmes du métissage et de la création pour comprendre et décrire les mécanismes de transformations, de création, d’adaptation et d’ajustements (ces termes n’étant pas limitatifs), en partant du terrain et en réintroduisant l’individu dans l’analyse des interactions musicales et chorégraphiques.

Calendrier :

12 novembre (attention changement de salle et d’horaire : salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris de 11 h à 14 h) : « Composer avec : contextes, situations »

17 décembre :  » Composer avec : Bricolage et syncrétisme

21 janvier : « Les états de la performance : Formes d’interactions, médiateurs »

4 février : « Les états de la performance :Transe et conscience altérée »

18 mars : « Diffusion :  Construction de la postérité »

Attention changement de date 8 avril : « Diffusion : Circulations des interprètes et des répertoires

20 mai : « Réception: La réception comme processus de création

3 juin : « Réception: Censure et création »

Compte-rendu du séminaire Vivre et pratiquer la recherche en anthropologie de la musique et de la danse, 2012-2013

Ce séminaire collectif portait sur le métier de chercheur tel qu’il se vit au quotidien dans le champ des études sur la musique. Il s’agissait d’aborder notre travail dans sa dimension artisanale. Si les questions méthodologiques et la relation d’enquête ont été partie intégrante de ce séminaire, il a intégré des thématiques plus larges en déroulant chacune des étapes de nos parcours : les raisons qui nous amènent à choisir un sujet (personnelles, institutionnelles, statutaires, disciplinaires…), la légitimité des sujets choisis, l’enquête (le travail de préparation, nos expériences d’observation et d’entretien, les impasses rencontrées, les faux pas, les erreurs commises), l’engagement, la spécificité de certaines spécialités (comme l’ethnomusicologie), les stratégies de publication. Tous les éléments qui ont façonné notre pratique et guidé nos parcours ont ainsi été abordés, dans une perspective d’objectivation et de dévoilement.

 

 

séance 1 : Légitimité des objets

 

Cette séance a abordé la question de la hiérarchie entre les objets. Alors que certains objets occupent une place centrale dans les enjeux de société contemporains, ils peinent à obtenir une légitimité.  Dans le cas des danses sociales, cette résistance provient d’une hiérarchisation des objets opérée par la communauté des chercheurs elle-même. L’exemple de la danse permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle elle serait un objet peu légitime en tant qu’univers féminin, bien souvent déserté par le pouvoir.

 

 

séance 2 : Construction de l’objet, choix des terrains et motivations personnelles

 

La construction de l’objet  renvoie à deux approches distinctes. La sociologie du fait social et l’approche hypothético-déductive (de l’hypothèse à l’observation), et l’approche inductive (du terrain au concept). La première défend l’idée de la nécessaire rupture selon laquelle le bon objet est un objet construit. A l’autre pôle, la démarche inductive, qui souvent caractérise l’ethnologie, promeut l’étude de cas, le travail de terrain et affirme la possibilité de valider du sens à partir des données (cf interactionnisme, ethnométhodologie, Grounded Theory). La pratique montre que les chercheurs procèdent bien souvent par va et vient entre induction et déduction, dans une oscillation permanente entre terrain et théorie.

 

Séance 3 : Techniques d’observation

Longtemps, l’ethnographie était synonyme d’immersion longue. Malgré ce postulat, les ethnologues ne vivent souvent pas avec les gens sur le long terme. Si la méthode de la participation observante est extrêmement enrichissante, elle doit être accompagnée d’une réflexion nécessairement distanciée. Le présupposé monographique a été remis en question par James Clifford, qui a introduit la notion d’anthropologie itinérante ou « translocale ». La notion de terrain « multi-situé » (Marcus) est particulièrement appropriée pour un objet qui se construit de façon transnationale. Mais elle ne résout pas, à l’échelle d’un seul chercheur, le problème de la description, à densité égale, de tous les groupes sociaux et contextes pratiqués au sein d’un même champ social transnational. Le terrain transnational montre la nécessité d’un travail transdisciplinaire incluant la pratique de l’ethnographie collaborative.

 

Séance 4 : Posture et statut du chercheur

Loin d’être neutre, stable, ou claire pour l’enquêté, la relation d’enquête est avant tout incongrue. La posture d’enquête réflexive amène à inclure dans l’analyse le contexte de production de la recherche. Certains ont opté pour un relativisme radical qui rend la comparaison et les généralisations anthropologiques impossibles. Mais c’est en donnant au lecteur les moyens d’évaluer la partialité de l’entreprise ethnographique que l’on contribue à la connaissance des sociétés humaines. La légitimité et le sens de notre démarche repose sur une posture faite d’implication et de distanciation et de mise à distance du soi. Le chercheur peut également tirer parti de la modification qu’implique sa presence (Devereux, Althabe). La multiplicité des identités du chercheur, assignées ou revendiquées, fait apparaitre la question du statut de l’ethnologue sous la forme d’un continuum, sur lequel le chercheur se positionne différemment selon les situations.

 

 

Séance 5 : Implication du chercheur par rapport à son objet

 

Cette séance a abordé la question de l’inscription de la recherche dans des contextes d’action culturelle et institutionnelle. Il a été question de la façon dont des acteurs culturels et des institutions investissent la recherche, avec des attentes particulières, soit en commandant des travaux, soit en réutilisant des travaux préexistants, soit en sollicitant des chercheurs pour des interventions publiques. Le chercheur est alors inscrit dans un processus collectif à plusieurs dimensions (politiques, artistiques, religieuses…) qu’il alimente de façon plus ou moins assumée et contrôlée. L’ensemble de cette présentation a été illustrée par une réflexion sur la notion d’engagement dans le contexte du Pôle régional des musiques actuelles de La Réunion où l’intervenant exerce la fonction de chargé de mission.

 

Séance 6 : Engagement et relations humaines

Cette séance a abordé les degrés de relation avec les enquêtés et la nécessité de composer avec eux dans la façon dont nous restituons notre travail de terrain. L’exemple étudié était celui d’une relation longue et amicale tissée entre un musicien malgache de tsapiky et un ethnomusicologue, confronté à sa propre incorporation dans les affres du parcours individuel du musicien installé en France.

 

Séance 7 : Valorisation du travail : pratiques, stratégies, injonctions

Cette séance a abordé différents aspects de la valorisation du travail du chercheur : le cadre du service public, la recherche sous contrat, les obligations institutionnelles et professionnelles, les injonctions auxquelles nous sommes soumis de la part de divers commissions et comités, les instances de reconnaissance, les systèmes de classements et leurs effets pervers.

 

 

Séance 8 : Recherche et société civile

 

Cette dernière séance a été l’occasion de faire une synthèse du séminaire, de souligner certains aspects fondamentaux de la pratique de la recherche et  certains points transversaux aux différents thèmes abordés. Un dernier thème a également été abordé: celui des liens entre recherche et société civile et de la façon dont le chercheur peut répondre à la demande sociale, dans différents domaines (enquêtes de publics, politique culturelle) et différents pays (Amérique latine, Etats-Unis, où la notion d’engagement est indissociable du travail du chercheur).