De Tuléar à la France : Damily musicien de tsapiky par Julien Mallet

Figure emblématique du tsapiky de Tuléar (Madagascar), le guitariste Damily est l’un des principaux acteurs d’une musique fortement ancrée dans les pratiques locales mais qui a depuis peu étendu son cercle régional, à l’échelle nationale et internationale.  En traversant les frontières; de Madagascar à la France, d’un univers tuléarois liant cérémonies villageoises, cassettes et bals-poussières aux scènes occidentales et au monde des « musiques du monde », Damily est au cœur des reconfigurations d’un genre musical qu’il a contribué à forger, dont il est porteur et dont il devient, en quelque sorte, « ambassadeur ». Son parcours permet de saisir des problématiques et enjeux clés de la mondialisation, de la migration, des  relations inter-culturelles et des processus identitaires.

Julien. Un bassiste sur les routes par Gabriel Segré

Julien s’initie à la basse en jouant avec quelques amis. Quittant ce premier groupe pour un autre, il passe du loisir à un engagement exclusif. Il apprend le métier et parcourt bientôt les villes et les scènes. Il découvre alors l’existence du musicien sur les routes, souvent précaire, routinière et difficile, bien éloignée de l’image ré-enchantée de la bohème artiste. Puis, il change à nouveau de groupe, multiplie aventures et projets musicaux et expérimente d’autres conditions de jeu, bien plus favorables, et d’autres types de relations, moins subies, avec différents acteurs du monde du rock. Son parcours, à la fois riche, complexe, représentatif mais aussi marginal, conduit à éclairer des passages, mobilités et circulations, ainsi qu’une variété de profils d’activités, de formes de participation à la scène musicale, de conditions d’exercice du métier de musicien.

Olivier Araste : ancêtres, mémoire et carrière dans le maloya réunionnais par Guillaume Samson

Olivier Araste est un musicien réputé de maloya réunionnais. Animateur central d’un des courants du genre qui se veut proche du culte des ancêtres et qui participe activement à une forme de « renouveau malgache » à La Réunion, il a construit sa réputation et une partie de la légitimité de son groupe en faisant valoir, à travers sa musique, ses textes et sa présence scénique, la relation rituelle qu’il entretient avec ses ancêtres malgaches. L’analyse de l’itinéraire culturel et musical d’Olivier permet tout d’abord de situer ses créations dans le cadre d’une gestion familiale de la cohabitation des ascendances culturelles et religieuses « malgache » et « hindoue ». Succès artistique, réussite professionnelle, reconnaissance institutionnelle, prestige culturel et destinée familiale sont ainsi appréhendées dans leur interdépendance et à la lumière d’un ensemble de valeurs où l’ancestralité tient une place essentielle. Des sèrvis kabaré (cultes aux ancêtres) aux scènes internationales de la World Music, le parcours d’Olivier témoigne au final d’enjeux contemporains du maloya réunionnais où se négocient aspirations culturelles, enjeux patrimoniaux et politiques, et inscription dans les industries culturelles.

Guillaume Samson

Ahmad Wahdan : un maître dans l’agitation du Caire par Nicolas Puig

Ahmad Wahdan est un maitre. Il se déplace dans la ville au gré des engagements ou des visites de courtoisie aux collègues musiciens qui officient dans les nuits cairotes. Autour de cet artiste, de son métier et de ses sociabilités professionnelles se dévoilent des mondes sociaux et des espaces moraux juxtaposées au sein desquels les habitants de la capitale peuvent se croiser, parfois se fréquenter.
De la sorte, la trajectoire d’Ahmad, s’inscrit dans les différents contextes de la vie sociale comme dans les espaces relationnels propres au milieu des musiciens populaires. Elle donne à voir le palimpseste temporel qui agrège à chaque étape de la vie et de la carrière les traces des époques passées et qui, en différents moments, laissent entrevoir des « secrets de ville » et quelque chose de l’urbanité du Caire.
Le parcours d’Ahmad permet d’appréhender les actions, les représentations et le ressenti d’un individu engagé dans la musique égyptienne comme il témoigne de la destinée des musiciens depuis une cinquantaine d’année. Il laisse de plus apparaître, par bribes successives, quelques contours de la vieille société citadine cairote.

Nicolas Puig

Lori, Linda, Andrea… Cheminements d’amateurs de musique franco-louisianaise par Sara Le Menestrel

Dans les années 1990, Lori, Linda et Andrea font chacune à leur façon la découverte de la musique cadienne et zydeco. Elles se plongent à corps perdu dans un cercle de fans fleurissant dans la région de la Bay Area, en Californie, qui nourrit une quête de transformation personnelle. Une dizaine d’années plus tard, les voici établies de façon permanente en Louisiane, formant avec d’autres un cercle d’amateurs de musique franco-louisianaise, les transplants. Au travers des réseaux qu’ils créent et alimentent, les transplants jouent un rôle moteur dans le renouveau de la pratique musicale à l’échelle locale et dans son rayonnement en dehors des frontières louisianaises. Ils participent à de nouveaux processus de hiérarchisations, qui font évoluer le statut des amateurs de cette musique, de la musique elle-même, et des styles spécifiques qui lui sont associés. Les trajectoires des transplants montrent également en quoi leur propre statut se transforme, du fan au résident, du danseur au musicien, mais aussi du transplant mu par la passion et avide d’implication au résident établi, qui a réussi sa transplantation et peut exister en dehors de ses semblables.

Sara Le Menestrel

Du milonguero au « professeur » : l’invention d’un métier par Christophe Apprill

Né à Buenos Aires, Federico n’a pas appris à danser le tango. S’initiant par hasard alors qu’il étudie pour devenir professeur de sport, il danse par plaisir et enseigne parfois dans sa ville natale, lorsque s’offre une opportunité de visiter l’Europe. Ne pouvant exercer en France comme professeur de sport, il développe l’activité d’enseignement pour répondre à une forte demande locale et invente progressivement le métier de professeur de tango. Sa rencontre avec la chorégraphe Catherine Berbessou le propulse sur scène. Devient-il danseur pour autant ? Des bals tango aux scènes du Théâtre de la Ville et du Festival d’Avignon, son expérience, qui accorde du prix aux jouissances de l’improvisation, conduit à relativiser les critères habituellement retenus pour décrire le métier de danseur.

Christophe Apprill

Vivre et se penser (ou non) en réseau transnational. Les interprètes et promoteurs du répertoire «afro-cubain» dans le Veracruz par Kali Argyriadis

À travers l’analyse croisée des parcours de plusieurs percussionnistes et danseurs résidant à Cuba ou dans l’état du Veracruz (Mexique), ce chapitre interroge la nature du sentiment d’appartenance au réseau transnational d’interprètes du répertoire « afro-cubain ». Existe-t-il un « sentiment de transnationalité » chez ces artistes, qui se présentent selon les cas comme des « ambassadeurs » ou des promoteurs culturels, des pratiquants de la santería ou des autodidactes créateurs d’un répertoire propre ? Comment se combine-t-il alors avec les constructions identitaires locales et nationales ? Comment comprendre l’existence de modes d’insertions différents dans ce réseau, sans remettre en question son existence ?
De ces parcours, ici, sont retenus avant tout les mises en récit ainsi que les termes et formules employés. Au-delà de la « véracité » des événements contés, ce sont donc les mots eux-mêmes qui en disent long sur la manière dont chacun des acteurs de ce réseau se pensent ou vivent leur pratique artistique en relation avec tous les autres (l’ethnologue y compris), dans un espace de relations qui traverse non seulement les frontières géographiques, mais aussi parfois les frontières des « communautés imaginées », sans pour autant les faire disparaître.

Kali Argyriadis