Parcours de Guillaume Samson

Étudiant dilettante en Deug d’histoire à l’université d’Angers, j’étais bien plus stimulé par les cours de saxophone, l’exploration du jazz et des musiques d’Amérique latine. Je décidai de m’inscrire en licence d’ethnologie à Nanterre. Mon cousin Étienne, qui m’accompagnait le jour de l’inscription, m’incita à me spécialiser en ethnomusicologie, choix que je n’avais pas vraiment envisagé mais qui s’avéra décisif par la suite… A Nanterre, je rencontrai notamment Julien avec qui je partageais des goûts musicaux et une certaine approche de l’ethnomusicologie. Nous devinrent amis et j’intégrai son groupe de musique angolaise. Le choix de mon « terrain » d’étude se fit un peu par hasard. L’attrait que j’éprouvais pour les sociétés et les musiques créoles (que je ne saurais d’ailleurs expliquer clairement pour l’instant) ainsi que les conseils de Bertrand, un ami de mes parents installé à La Réunion, m’orientèrent vers l’île Rodrigues. Ce terrain de maîtrise m’était pour ainsi dire inconnu avant que j’y mette les pieds…
Au cours de ce séjour passionnant et passionné de trois mois sur l’île, je logeais chez Verlaine, qui dirige un centre de formation agricole pour enfants en difficulté, et son frère Saül. Verlaine était une amie de Bertrand qui œuvrait pour le centre agricole. Avec Saül, elle me rendit l’existence aussi agréable que stimulante en me faisant participer à la vie de sa famille et à celle du centre. De retour à Angers, je fus pris d’une profonde nostalgie des amitiés que j’avais nouées et des ambiances musicales que j’avais vécues là-bas. Histoire de me rapprocher de l’île Rodrigues, et parce que l’enseignement de l’ethnomusicologie à Nanterre était peu tourné vers mes centres d’intérêt, je m’installais donc à La Réunion en 1997, poursuivant un DEA interdisciplinaire suivi de deux années en tant qu’objecteur de conscience à l’université de La Réunion. J’y rencontrai Sabine, réunionnaise, et je m’installai avec elle, m’enracinant petit à petit dans une l’île différente, à bien des égards, de Rodrigues. En voulant me rapprocher de l’univers rodrigais, j’en avais trouvé un autre…

J’ai ensuite poursuivi mes études de doctorat sur la musique réunionnaise, principalement à distance (j’étais inscrit à Aix-et-Provence et à Montréal), en gagnant ma vie comme formateur en français et en réalisant des recherches « patrimoniales » pour le Pôle Régional des Musiques Actuelles de La Réunion. Le PRMA avait quelques années d’existence et démarrait une action patrimoniale importante consacrée aux musiques de l’océan Indien, à travers son label Takamba. En accord avec la DRAC, qui m’avait repéré comme jeune ethnomusicologue, on me confia d’abord la tâche de transcrire intégralement et de synthétiser les enregistrements d’une enquête réalisée en 1978 par le Musée National des Arts et Traditions Populaires. Cette enquête, qui questionnait profondément l’adéquation des méthodes classiques de l’ethnomusicologie aux réalités des terrains créoles, me plongea dans les enjeux méthodologiques de l’étude de la diversité musicale réunionnaise. Ce fut le point de départ d’une approche que je n’ai pas quitté depuis. Pendant ce temps d’étude, j’avais aussi joué avec un groupe de reggae et quelques musiciens de Saint-Denis, avant d’abandonner, faute de temps et de motivation, la pratique assidue du saxophone, pour me concentrer sur mes études, mon travail « alimentaire » et ma relation amoureuse.

Après un séjour à l’université de Montréal, je soutins donc, en 2006, mon doctorat qui abordait la question des représentations identitaires à travers la musique à La Réunion. Je devins également un prestataire régulier du PRMA, dont je suis le « chargé de l’observation » depuis 2007, arrêtant la formation professionnelle et m’orientant vers des recherches dites « appliquées ». En à peine dix ans, j’étais passé de l’étudiant musicien « participant », voire insouciant, au chargé d’étude métropolitain (zorey) proche des institutions, travaillant plus ou moins à la commande pour une association fortement « exposée » dans le secteur musical… J’étais loin ici de l’enchantement un peu naïf de mon premier terrain rodrigais, mais j’étais aux prises avec des enjeux tout aussi passionnants bien que d’un autre registre. Malgré tout, je ressentais le besoin de m’engager parallèlement dans des recherches moins « téléguidées », d’explorer plus librement et de nouer des contacts plus « serrés » avec des musiciens. Impliqué dans une mission de collectage musical (également une commande) à Mayotte, je fus amené à filmer un concert de Lindigo, à titre d’entraînement à la captation vidéo de musique. Victor, qui allait diriger la mission, connaissait le leader, Olivier. Ma première rencontre avec lui avait eu lieu quelque temps auparavant au PRMA. Olivier avait engagé la conversation de façon simple et cordiale et m’avait remis le premier CD de son groupe qui n’avait pas encore la renommée et la carrière qu’il a aujourd’hui…